Et oui ! Je n’ai pas honte de le dire : je suis une maman imparfaite qui a fait bien des erreurs dans sa vie et, croyez-moi, j’en suis très fière !

Vous allez me dire POURQUOI es-tu si fière de t’être plantée ?

Il me paraît essentiel de réaliser qu’échouer peut-être très profitable. Il est vrai que, sur le moment, on peut se sentir idiote… Certes. Mais attention ! Ces erreurs passées m’ont permis de progresser et de devenir une meilleure maman. Sans elles, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui.

N’ayez pas honte d’échouer

C’est en échouant encore et encore que nous développons de nouvelles connections neuronales. En effet, les erreurs sont des points de contrôle neurologique qui permettent d’améliorer nos aptitudes et de progresser. Au fil du temps et des actions, on court-circuite ainsi les anciens schémas de fonctionnement pour instaurer de nouvelles habitudes, plus saines et adaptées à ce que l’on souhaite vraiment vivre au quotidien.

Connaissez-vous Wayne Gretzky ? Il s’agit d’un des meilleurs joueurs de hockey de tous les temps. On m’a raconté que lors de ses pratiques, c’était celui qui tombait le plus souvent. Etonnant pour un si bon joueur ! Sauf si on analyse le pourquoi… Ses chutes étaient plus nombreuses pour la simple et bonne raison qu’il osait prendre plus de risques. Il essayait de nouvelles techniques, de nouvelles passes, car il avait très vite compris que c’était la meilleure stratégie pour progresser. C’est ainsi que, grâce à ses erreurs, il est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’époque.

Alors, soyez fièr(e) de vos erreurs et tirez-en des leçons

Voici 8 erreurs que je suis fière d’avoir faites.

Dans mon e-book je vous partage les leçons que j’en ai tirées. Cliquez sur l’image:

 

Erreur #1

La première erreur consiste à ignorer ses propres valeurs. A-contrario, connaître ses valeurs fait partie des points les plus importants dans notre vie. Communiquer nos valeurs et les incarner au quotidien nous permet de mieux ressentir le bonheur, de tisser de belles relations, d’éprouver un certain bien-être et de bien communiquer.

Erreur #2

La deuxième erreur en matière d’éducation consiste à manquer d’organisation. L’absence d’organisation augmente notre niveau de stress alors qu’au contraire une certaine structure peut être bénéfique pour l’esprit, le couple, la famille. Cela passe notamment par la planification de certaines tâches. Effet immédiat : vous êtes désormais capable de vous libérer du temps, élément très précieux notamment pour les familles avec enfants.

Erreur #3

La troisième erreur consiste à ne pas établir de lien de confiance avec votre enfant.

Ne dit-on pas que la confiance est un élément essentiel dans une relation parent/enfant ? C’est notamment cet outil secret qui incite un enfant à coopérer facilement.

Pour établir cette relation de confiance avec votre enfant, il faut êtes prêt à faire un effort et accepter d’adopter un comportement qui inspire confiance.

Erreur # 4

La quatrième erreur consiste à laisser nos émotions prendre le dessus lorsque nous intervenons auprès de notre enfant.

Sous l’effet de la colère, nous avons tendance à attaquer verbalement notre interlocuteur. En réponse, celui-ci cherche à se défendre. C’est un réflexe humain dans ce type de situation. Or, en agissant ainsi, vous brisez le lien de confiance qui vous unissait à cette personne et vous lui ôtez toute envie de coopérer.

Sachez que l’impatience que vous exprimez traduit en réalité un besoin à combler. Votre enfant ne vous écoute pas. Vous êtes frustré et vous vous impatientez. Quelle en est la raison ? Je vous invite à vous poser quelques instants pour un moment d’introspection. Demandez-vous “quel besoin en moi n’est pas comblé ?” et répondez-y le plus sincèrement possible.

Erreur #5

La cinquième erreur consiste à ne pas aider son enfant à développer son estime de soi.

Le manque d’estime provoque souvent un mal¬-être et des difficultés relationnelles. Ce sentiment est généralement causé par des expériences malheureuses durant l’enfance.

Erreur #6

La sixième erreur consiste à essayer de faire taire les émotions de notre enfant.

Une émotion est essentielle dans la mesure où c’est une alarme indiquant un besoin non satisfait. Il est important de prendre cette émotion en compte pour identifier le besoin à combler et y répondre.

Veillez donc à ne pas dire à vos enfants d’arrêter de pleurer ou d’arrêter de crier. En effet, vous l’inciteriez alors à refouler sa colère, sa tristesse, ou toute autre émotion qu’il serait au contraire bon de prendre en compte et d’exprimer.

Plutôt que d’étouffer ou nier les émotions de votre enfant, cherchez à en comprendre la raison… et à trouver une solution.

Erreur #7

La septième erreur consiste à utiliser le « tu » pour communiquer.

Il faut retenir une chose. Quand je communique, il est avantageux que je parle de MOI et uniquement de MOI… (c’est l’incontournable « JE » pour éviter le « TU » qui tue la relation). La communication est un ingrédient important pour une vie active.

Une bonne communication nous permet de :

– Manifester davantage notre affection

– Donner de l’attention aux autres

– Prendre soin de nos propres besoins

– Faire des changements dans nos comportements et ceux des autres.

Erreur #8

La huitième erreur consiste à ne pas démontrer notre amour à notre enfant.

Remplir son réservoir émotionnel permet à votre enfant de voir la vie de façon positive et par le fait même d’agir de façon positive.

Un enfant qui se sent aimé deviendra un adulte équilibré. A l’opposé, si votre enfant ne se sent pas aimé, et ce quelle que soit la méthode que vous utilisez (douce ou forte), rien ne fonctionnera : votre enfant ne souhaitera pas coopérer.

Alors si vous avez fait une ou plusieurs de ces erreurs je vous invite à consulter mon e-book dans lequel vous trouverez des pistes de solution.  https://parentfunambule.com/e-book-parent-funambule/

Vous êtes, vous aussi fièr(e) de certaines erreurs qui vous ont permis de progresser ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?