Quand on est maman et entrepreneur solo on élève seule nos enfants, au moins une semaine sur deux et parfois même à temps plein.  La conciliation travaille-famille et vie personnelle est un bien grand défi à relever et crée bien souvent un stress énorme.

Est-ce que votre vie ressemble à cela?

Il y a quelques années, mon programme quotidien était une vraie course contre la montre ! Chaque matin, je faisais un premier arrêt pour amener mon aîné à l’école. Ensuite, je partais reconduire mon second garçon dans une garderie. Enfin, je repartais avec la plus jeune pour aller la reconduire dans une autre garderie. Et le soir, je faisais le trajet à l’envers.

Quelle galère !  Aujourd’hui, je vous raconte cela et je me demande comment je faisais. Je crois que je ne me posais tout simplement pas de questions. J’avançais dans ma vie la tête baissée comme un taureau.

Trouver des façons de concilier travail et famille devenait impératif.

Après mon divorce, je me suis retrouvée seule avec mes 4 enfants. Nous devions devenir une équipe.

Dans mon article sur la gestion du temps, j’explique que dans la catégorie «important mais pas urgent», on retrouve les tâches ménagères. C’est la catégorie de choses qu’il faut apprendre à déléguer.

Mais, comment avoir de l’aide de mes enfants tout en restant dans le calme et dans l’harmonie?

Un souvenir douloureux m’est venu en tête :

Ma mère, qui criait sans arrêt pour nous faire ramasser nos choses. Nous étions deux filles et j’étais la plus jeune. Entre ma grande sœur et ma mère, c’était une guerre sans fin. Je trouvais ça insupportable.

Aujourd’hui, quand j’entends quelqu’un crier, je ressens encore un mal-être. Ma mère avait également une autre stratégie. Elle nous disait : « commencez et je vais venir vous aider! » Je l’attends encore!  Cela causait beaucoup de frustrations. Alors, croyez-moi, je ne voulais pas reproduire cela avec mes enfants.

Et là,  un autre souvenir m’est venu et celui-ci,  un peu plus joyeux! Lorsque, j’avais à peu près 18 ans, je suis allée dans la ville de Québec avec mon copain de l’époque, chez des amis à lui.

Dans la maison, je me souviens d’un corridor où il y avait un long papier collé au mur et dessus une piste de course y était dessinée. En voyant mon air étonné, la dame m’a expliqué qu’il s’agissait d’un système pour que les membres de sa famille partagent les tâches.

Quelle bonne idée!

Je m’en suis inspirée et j’ai installé à mon tour ma piste de course sur le mur de la cuisine (je vous parlerai plus en détails de cette fameuse piste de course dans quelques lignes…).

La clé du succès

Prenez le temps, de leur expliquer pourquoi ils devraient vous aider et les avantages qu’ils auraient de participer eux aussi  à l’entretien de la maison.

Par exemple:

  • D’abord, j’aurais plus de temps pour jouer avec vous;
  • Ensuite, je serais beaucoup plus calme, donc pas de cris;
  • Aussi, j’accepterais plus facilement que les amis viennent à la maison. Étant donné que je serais fière de la montrer cette maison.

À l’époque, j’expliquais aussi à mes enfants que l’école était importante pour pouvoir se trouver ensuite un travail. Mais, apprendre les tâches ménagères l’était tout autant! Leur enseigner comment ranger une maison faisait partie de mon rôle de mère. Tout cela leur serait très utile plus tard.

Le fait qu’il s’agissait d’un jeu aidait à les faire participer.

Je vous partage trois exemples qui ont très bien fonctionné avec mes enfants. De changer d’activité de temps en temps permet de garder les enfants motivés. Vous pourrez les alterner et bien sûr, en inventer des nouvelles.

  • Système 1: La piste de course

D’abord dessinez sur une longue feuille une piste de course. Ensuite, dressez une liste de tâches. À côté de chacune, inscrivez le nombre de kilomètres qui lui est alloué,  en fonction du temps nécessaire pour l’effectuer.

Chaque membre de la famille décore sa voiture à son goût.

Règle du jeu:

Chaque jour, on choisit une tâche et on avance sa voiture du nombre de kilomètres correspondant.

Ainsi, celui qui arrive le premier à la fin de la semaine se voit récompensé.

Soit par un échange de service, soit par un montant forfaitaire ou ce que la famille décide ensemble.

  • Système 2 : Les fleurs

Chaque enfant avait sa fleur, et les pétales étaient une tâche. Il pouvait choisir celle qu’il voulait effectuer en premier. Le but était qu’à la fin de la semaine, la fleur soit complète pour obtenir la récompense.

  • Système 3 : l’échelle

Un peu comme le principe de la piste de course, chaque tâche donnait droit de monter un certain nombre de marches, selon le temps que cela prenait pour effectuer la tâche. Ainsi, le premier rendu en haut avait droit à un privilège. Nous avions fabriqué de beaux papillons en guise de pions.

Comment choisir les privilèges

En ce qui me concerne, je voudrais spécifier que dans, mon cas les récompenses n’étaient pas de l’argent. Avec trois enfants à cette époque, je n’avais pas beaucoup de sous, alors c’était plus sous forme de privilèges.

Par exemple:

  • Je te fais ton souper préféré;
  • Tu as le droit de dormir avec moi;
  • Tu peux inviter un ami à dormir à la maison.

Des petites choses comme ça. Je les laissais donner leur opinion.

Résumé du matériel nécessaire pour confectionner le “motivateur” de tâches.

  • D’abord de la créativité;
  • Ensuite la liste de tâches;
  • Ainsi que la liste des avantages;
  • Puis la liste de récompenses ou privilèges;
  • Un grand carton;
  • Du papier construction;
  • et enfin des crayons de couleur.

En terminant un petit conseil

Participez vous aussi ! Il faut avoir en tête que les enfants apprennent par l’exemple. Pour cette raison, vous devez avoir votre propre voiture de course, votre papillon ou vos pétales de fleurs.

Je parle très souvent de l’importance de prendre soin des besoins des enfants

Les enfants adoptent parfois des comportements indésirables parce que certains de leurs besoins sont ignorés. Cette méthode, à la fois utile et ludique, peut aider à éviter une telle extrémité. C’est une occasion de questionner les enfants, les laisser s’exprimer, les impliquer et renforcer leur sentiment d’appartenance à la famille.

Mais surtout, amusez-vous!

*** Faites une différence aujourd’hui ***

Maintenant, j’aimerais vous entendre: Quels sont vos trucs à vous pour faire participer vos enfants? Lequel de mes systèmes allez-vous essayer en premier ?

Laissez-moi vos commentaires !  Ils sont très importants pour moi et je vais les lire, soyez-en sûrs.

Si vous avez trouvé cette capsule vidéo ou cet article utile, s’il vous plaît partagez avec vos collègues de travail, clients, amis, membres de votre famille…  Cette capsule pourrait leur être grandement utile.

Je vous remercie sincèrement d’être là.

1 Commentaire
  1. Youny 1 an Il y a

    merci beaucoup pour votre partage, pour moi j’ai du mal à adapter mon dernier qui a 6 ans maintenant, il refuse de participer et il a tendance à demander de service aux autres membres de la famille, pour que ça marche, il a besoin d’être motivé et qu’on lui répète tous le temps qu’il est le meilleur malgré qu’il est gaucher et un peu maladroit.

Laisser un commentaire

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :